Je développe une peinture du recouvrement à partir d’images de films ou d’images photographiques – images de guerre, images d’archives et d’actualité issues du net ou de la presse, mais aussi images intimes et domestiques. À travers ces recouvrements, un questionnement prend place sur la permanence de l’image, et plus largement, notre rapport au réel, à l’histoire et à la mémoire.
La figure du dormeur y occupe une place singulière. Voir un dormeur nous renvoie à l’impossibilité de voir, de se figurer, à quoi rêve le dormeur. Lorsque nous sommes à côté d’un corps endormi, nous en éprouvons à la fois la proximité et l’éloignement. Dormir, cela signifie aussi ne rien communiquer. Le tableau est d’abord une chose muette assez comparable à un corps en sommeil. Il fixe des figures. Si le dormeur est comme le tableau, dans son immobilité, dans son abandon, alors la représentation du sommeil est sans doute la métaphore de l’état de peinture. Le recouvrement, c’est aussi border la figure, border le dormeur, le couvrir. Cette succession des couches de peinture participe de l’immobilisation des figures dans le tableau. L’image ne cesse ainsi de se déplacer vers une dilatation de la chose peinte dans l’espace et le temps mesurés du tableau, et le décalage entre l’image ayant servi au tableau et le tableau lui-même ne nous le montre qu’encore plus incomplet, comme l’est l’image, comme l’est le souvenir.

I develop a painting of recovering from film images or photographic images – war images, archives images and news from the net or the press, but also intimate and domestic images. Through these overlays, a questioning takes place on the permanence of the image, and more broadly, our relationship to reality, history and memory.
The figure of the sleeper occupies a singular place. Watching a sleeper sends us back to the impossibility of seeing: to imagine what the sleeper dreams of. When we are next to a sleeping body, we experience both proximity and distance. Sleeping also means not communicating anything. The painting is at first a dumb thing – comparable to a sleeping body. It fixes figures. If the sleeper is like the painting, in its immobility, in its abandonment, then the representation of sleep is undoubtedly the metaphor of the state of painting. The recovery by the panting can also mean to tuck in the figure, to cover the sleeper. This succession of layers of painting contributes to the immobilization of the figures in the painting. Then the image does not cease to move towards a dilatation of the painted thing in the measured time and space of the painting, and the difference between the picture used for the painting and the painting itself shows it even more incomplete, as the image is, as the memory is.

née en 1981
diplômée des beaux-Arts de Marseille en 2004
vit et travaille au Minihic-sur-Rance

Expositions personnelles

2017
Mur, Château de Dampierre, Dampierre-sur-Boutonne
2011
Covers, galerie Marie Cini, Paris
galerie Mourlot, Marseille
2010
Gavrilo Princip et le goût de la cerise, Lycée Le Châtelier, Marseille
2009
Les lauréats, galerie municipale,Vitry-sur-Seine
2008
Chambre avec vue, galerie Sintitulo, Mougins
2006
(re)couvrements, Passage de l’Art, Marseille

Expositions collectives (sélection)

2014
À feu et à sang – La guerre revisitée, Le 19, CRAC de Montbéliard
 Il y a vait une fois, ARTEUM, Musée d’art contemporain, Châteauneuf le Rouge
2013
DRAWING NOW, Salon du dessin contemporain, Caroussel du Louvre, Paris
2012
À  Géographie variable, galerie Marie Cini, Paris
DRAWING NOW, Salon du dessin contemporain, Caroussel du Louvre, Paris
2010
Retour de Skopje, galerie Château de Servières aux ateliers Boisson, Marseille
2009
Biennale des jeunes créateurs d’Europe et de Méditerranée, Musée d’Art Contemporain, Skopje
Mauvais genre, galerie du petit Maroc, Saint-Nazaire
 Autour de Vigny, galerie Sintitulo, Mougins
2008
Supervues, petite surface de l’art contemporain,Vaison-la-Romaine
Novembre à Vitry, galerie municipale,Vitry-sur-Seine
Les Belles au bois dormant, Fondation Vacances Bleues, Marseille
2007
11e prix Antoine Marin, espace Julio Gonzalez, Arcueil
Autour du prix #2, galerie Jeu de Paume, Marseille
2005
50e Salon de Montrouge
Panorama, galerie Étienne de Causans, Paris

Aides, prix, résidences

2018
Aide à l’installation de l’atelier, DRAC Bretagne
2010
Le 75, résidence d’artiste à Bruxelles, Belgique
2008
Prix de peinture Novembre à Vitry,Vitry-sur-Seine
Écumes, échanges culturels en Méditerranée, résidence d’artistes, Marseille
Atelier de Lorette, résidence d’artiste à Marseille
2007
École des Beaux-Arts de Marseille, résidence de gravure
2006
Münzstrasse 10, résidence d’artiste à Berlin, Allemagne (bourse de l’AFAA – Culture France)

Autres activités professionnelles

A enseigné à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Marseille de 2008 à 2013,
enseigne actuellement à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Bretagne depuis 2014.